chooune alistitmar

Communique de presse 

L’Association Marocaine des Présidents des Conseils Préfectoraux et Provinciaux (AMPCPP) organise à Rabat, le jeudi 24 juin 2021, au siège de l’association, dans le respect des mesures de précaution contre le Covid 19, un séminaire  scientifique pour débattre du contenu et des conclusions du nouveau modèle de développement,ainsi que des modalité  et perspectives de son exécutionau sein des conseils préfectoraux et provinciaux conformément aux orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Pour enrichir ce débat, l’Association Marocaine des Présidents des Conseils Préfectoraux et Provinciaux (AMPCPP)  a invité Monsieur  : Adnan ADAWI, membre du Comité spécial pour le nouveau modèle de développement, Monsieur Ayoub ZAYANI, professeur-chercheur à l’Université Mohammed V, Monsieur Saad BOUACHRINE, président de l’Institut international de la gouvernance , en plus de Monsieur Abdelfattah SKIR, expert en développement territorial.

Les travaux de ce séminaire  comportent trois axes portant sur la présentation du nouveau modèle de développement, ses  dimensions et avantages ainsi que  le rôle des collectivités territoriales dans l’exécution  de son contenu.

Selon le document de cadrage du seminaire, le  nouveau modèle de développement présenté par le Comité spécial nommé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, constitue une étape marquant le début  de conception de nouvelles  orientations stratégiques au niveau de la politique générale du Royaume du Maroc.

Le rapport du comité  met l’accent sur les  défaillances et freins  du développement global au Maroc et suggère également des objectifs, des axes stratégiques, des principes d’action, des leviers de transformation et une charte de développement définissant une gestion de la performance qui s’appuie sur des indicateurs ambitieux dans le cadre du référentiel constitutionnel, des bonnes pratiques et de la gouvernance.

Le constat du nouveau modèle de développement a révélé un ensemble de déséquilibres concernant le système de gouvernance au niveau stratégique liés aux rôles des différents acteurs du développement, notamment au niveau du rôle de l’État central et de ses extensions organisationnelles dans les espaces territoriaux, le rôle des collectivités territoriales, le rôle de la société, le rôle de l’acteur économique et le rôle des partenaires extérieurs.

Quant au système de gouvernance, le rapport sur le modèle de développement enregistre une faible convergence et un manque de  contrôle des politiques ainsi qu’un  chevauchement des rôles des acteurs, ce qui  conduit à une faiblesse dans la cohérence des politiques publiques et affecte leur efficacité, leur rentabilité et leur performance .

Le modèle de développement considère également que parmi les facteurs exacerbant l’efficacité des  politiques publiques, figure la lenteur de la déconcentration et  de la décentralisation administrative, ce qui conduit à priver les collectivités locales  des capacités humaines, techniques et financières nécessaires pour la mise  en œuvre des politiques de manière plus efficace et plus  proche des citoyens.

La nouvelle orientation du nouveau modèle de développement vise à  combiner ‘’un pays fort’’ avec ‘’une société forte’’, une approche qui mobilise toutes les forces dans le cadre d’un équilibre qui crée plus d’opportunités et de progrès : un Etat stratégique, Etat  protecteur, un Etat qui libère les énergies des différents acteurs et assure leur autonomie d’action et de responsabilisation et offre un  cadre approprié pour mobiliser toutes les énergies au service du développement du pays et de l’intérêt mutuel et de l’intérêt général.  Un Etat conforté  par une société qui mobilise toutes les énergies et exploite les opportunités et assure une large participation dans un esprit de responsabilité. Une société pluraliste qui préserve et valorise la richesse de son pluralisme. Une société dans laquelle chacun contribue au bien commun et tient à le préserver, et contribue aussi avec l’intelligence collective à trouver des solutions à la hauteur du degré de complexité des groupes qui la composent, avec une citoyenneté solidaire et solidaire qui touche à ses objectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *